Un projet H2 très ambitieux à Dijon

Les Echos ont consacré hier un article au projet Dijon Métropole Smart Energhy. La capitale de la Bourgogne-Franche Comté, lauréate à deux reprises de l’AAP écosystèmes de mobilité hydrogène, porte un projet très ambitieux. On apprend ainsi que l’objectif est de produire 5 tonnes par jour d’hydrogène vert à horizon 2028 et d’alimenter à terme 210 bus, 45 bennes à ordures ménagères et 1.000 à 2.000 véhicules légers de service.

Le projet va démarrer en 2022 avec une première station à hydrogène qui sera utilisée par 35 bus et 10 bennes ordures ménagères dès 2022. Les trois quarts de l’électricité nécessaire à la fabrication de cet hydrogène seront produits grâce à un incinérateur de déchets ménagers via un turboalternateur. Une ferme photovoltaïque de douze hectares doublée d’un accord avec EDF complètera le dispositif. Une seconde station est prévue en 2027, plus au sud, proche du remisage des véhicules et des voies ferrées afin de pouvoir le cas échéant alimenter également des trains TER.

Pour porter le projet, une société commune baptisée Dijon métropole Smart Energhy (DMSE) a été créée par la métropole (30 %) avec, outre l’entreprise Rougeot Energie (30 %), Hynamics (EDF) et l’opérateur de mobilité local, Keolis.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting