Un tram à hydrogène pour Ulsan (Corée)

Après la voiture, le camion et même le train, Hyundai passe au tramway à hydrogène. La filiale Rotem du groupe industriel a passé un accord avec la ville d’Ulsan (un port au sud-est du pays). Elle fournira à la fois le matériel roulant et la station de recharge. Dans un premier temps, le tram H2 sera testé sur une ligne de 4,6 km inutilisée et qui mène au port. Mis à part un mode de propulsion qui ne rejette que de la vapeur d’eau, ce tram est par ailleurs doté de filtres qui purifient l’air ambiant. Un équipement dérivé de la Hyundai Nexo.

L’objectif est bien sûr de déployer la technologie sur le réseau de transport public d’Ulsan. La ville a annoncé un plan pour déployer 4 lignes de tram sur près de 50 km pour un montant de 1,3 trillions de wons (1 milliard de dollars).

En parallèle, Hyundai Rotem développe un train à hydrogène qui peut rouler à une vitesse de pointe de 70 km/h et surtout parcourir 150 km avec un seul plein d’hydrogène. Il embarque une pile à combustible d’une capacité de 95 kW. Il est à noter que l’institut de recherche ferroviaire KKRI (Korea Railroad Research Institute) travaille aussi sur un train H2, avec des piles plus puissantes (1,2 MW), une autonomie bien supérieure (600 km) et une vitesse de pointe de 110 km/h.

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaire

H2Today / Seiya Consulting