Goupil tenté par l’hydrogène

Le fabricant d’utilitaires légers va tester une version à hydrogène de son G6. Ce ‘est pas le seul à être tenté par une complémentarité entre la batterie et la pile à combustible.

Un article est sorti dans le journal Sud Ouest et l’entreprise relaie l’information sur les réseaux sociaux. On apprend ainsi que l’entreprise, basée dans le Lot-et-Garonne, s’est rapprochée de la PME H2SYS, basée à Belfort. Et c’est dans cette ville, en pointe sur l’hydrogène, que ce nouveau projet va être testé prochainement. Il s’agira donc d’une version hybride électrique-hydrogène du G6 (un utilitaire à trois places, lancé en 2020).

Depuis 1996, Goupil conçoit et fabrique des véhicules électriques utilitaires pour divers publics tels que les collectivités, l’industrie, les acteurs du dernier kilomètre. L’hydrogène apparaît comme une extension naturelle.

Ce n’est pas le seul acteur à y penser. Powidian Mobility est sur ce secteur aussi, près du Mans. Powidian, qui un spécialiste de l’hydrogène et basé à La-Ville-aux-Dames (37), a racheté en septembre 2021 la société LMI (ex-Leverage Mobility via Innovation) à Mulsanne (72), qui est un bureau d’études et d’ingénierie spécialisé dans l’automobile et les sports mécaniques. L’entreprise prévoit de sortir en 2023 des utilitaires légers à l’hydrogène.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting