Les utilitaires à hydrogène de Stellantis deux fois moins chers d’ici cet été

Stellantis prix utilitaires hydrogène
Les VUL à hydrogène de Stellantis deux fois moins chers d’ici cet été

A l’occasion de l’inauguration de la station à hydrogène de Hysetco au Bourget, le groupe a indiqué à Hydrogen Today que ses utilitaires compacts allaient connaître une baisse significative de leur prix d’ici le mois de juillet.

Aller sur le terrain permet de rencontre les acteurs de la filière. C’est toujours mieux que de traiter l’actualité seulement à travers un écran. Et justement, l’invitation qui nous a été faite pour l’inauguration de la station à hydrogène du Bourget, ce mardi, a été l’occasion d’échanger avec quelques acteurs en vue, dont Stéphane Majka de Stellantis. Il fait partie de la division Pro One qui regroupe plusieurs marques du groupe dans le domaine des véhicules utilitaires.

Stellantis est partenaire des opérateurs de taxis à hydrogène. Le groupe a livré 50 utilitaires adaptés à un transport TPMR à Hype et une autre commande de 150 exemplaires a été passée par Hysetco (« la plus grosse du monde », déclarait ce matin le CEO Loic Voisin). Ces utilitaires sont chers, mais leur prix va être revu sensiblement à la baisse d’ici quelques mois.

Une ligne de production multi-énergies dans les Hauts de France

Tenez-vous bien : le prix des fourgons compacts (Citroën e-Jumpy Hydrogen, Peugeot e-Expert Hydrogen et Opel e-Vivaro Hydrogen) va passer de 129 000 € à 71 500 € H.T dès cet été. Cela s’explique par le fait que les véhicules sont désormais produits totalement sur une même ligne. Avant, Stellantis produisait des VUL électriques qui étaient transformés en véhicules à l’hydrogène chez Opel à Rüsselsheim. Mais, avec la réorganisation du site de Hordain, près de Valenciennes, tout est intégré sur place.

« On passe d’un pseudo-prototype à une prod intégrée avec une capacité de 5 000 véhicules pour la première année. C’est donc un changement de facteur 10, par rapport à la première génération des utilitaires à hydrogène », explique Stéphane Majka. Et d’ajouter : « C’est une première au sein d’une usine de Stellantis d’avoir sur une même ligne des véhicules thermiques, électriques et à hydrogène, et peut-être même une première au sein de l’industrie automobile ».

Convaincu que l’hydrogène a un rôle à jouer dans la mobilité, tout comme Hyvia (groupe Renault) d’ailleurs, Stellantis sait que le prix est un facteur-clé : celui du véhicule bien sûr dont le TCO doit à terme s’aligner sur l’électrique à batterie et le Diesel, et celui du prix de l’hydrogène.

Vous voulez en savoir plus sur Stellantis ? Alors nos derniers articles sur l’acteur devraient vous intéresser. Vous pouvez accéder à tous nos articles écrits sur Stellantis ici.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

2