Vallées de l’hydrogène : un levier pour passer à l’échelle ?

Alors qu’une conférence de haut niveau se tient sur ce thème, ce mercredi à Bruxelles, c’est l’occasion de rappeler quel est ce concept de vallées de l’hydrogène.

Poussées depuis 2014 par le Clean Hydrogen Partnership (ex FCH-JU), ces vallées (H2Vs) sont des écosystèmes régionaux qui combinent la production d’hydrogène et des usages pour la mobilité et l’industrie. Ils présentent aussi la particularité d’utiliser des énergies renouvelables, d’utiliser une infrastructure de transport de gaz existante, tout en venant en complément du réseau électrique. Ces vallées peuvent être petites, moyennes ou d’une taille permettant d’aller au-delà des frontières. Aujourd’hui, on en recense 37 dans 20 pays à travers le monde, dont 25 en Europe (telles que recensées par la plateforme Mission Innovation Hydrogen Valleys). En France, il s’agit principalement de la Normandie et de la région AURA, et dans une moindre mesure de la région de Dijon, en Bourgogne Franche-Comté.

La volonté est de doubler le nombre de ces vallées d’ici 2025, dans le cadre de RepowerEU. La Commission Européenne a d’ailleurs débloqué 200 M€ pour financer leur développement. L’ambition est d’arriver à 100 vallées à l’horizon 2030.

Fin janvier, le Clean Hydrogen Partnership a sélectionné 9 de ces vallées, dans le cadre d’un appel à projets, afin de financer des projets innovants. Et ce pour un budget de 105,4 M€. Les projets en question adressent toute une variété d’usages à travers l’énergie, le transport et l’industrie. Parmi les lauréates, deux vallées de l’hydrogène ont un potentiel de 5 000 tonnes d’hydrogène par an. Il s’agit d’un arc au nord de la mer adriatique (Croatie, Région autonome du Frioul-Vénétie Julienne en Italie, Slovénie) et d’un corridor en mer Baltique associant l’Estonie et le sud de la Finlande. Ces deux vallées auront une aide de 25 M€.

7 vallées de taille plus modeste (500 tonnes d’hydrogène par an) ont été sélectionnées en Bulgarie (Stara Zagora), en Grèce (Crête et Corinthe), en Irlande (Galway), en Italie (Lombardie), en Turquie (au sud de Marmara) et au Luxembourg.

Ce mercredi, le programme de la conférence organisée par la Commissaire Mariya Gabriel prévoit la signature d’une déclaration commune par la Commission Européenne, Hydrogen Europe, Hydrogen Europe Research et la plateforme S3 H2 Valleys*.

*Fondée par la région AURA, la Normandie, la province d’Aragon en Espagne et la région du Nord des Pays-Bas. Elle fédère plusieurs collectivités et régions à travers l’Europe, dont pour la France la Bourgogne-Franche Comté, la Bretagne, le Centre val de Loire, la ville de Chaumont, le Grand Est, la Nouvelle-Aquitaine, l’Occitanie, les Pays de la Loire, la ville de Sarreguemines et la région Sud.

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Seiya recrute