Vinci Airports avance sur l’hydrogène

A travers sa filiale aéroportuaire, le groupe de travaux publics annonce de nouveaux partenariats, à la fois au Japon et au Chili.

Vinci Airports a conclu un nouveau protocole d’accord avec Airbus pour étudier l’utilisation de l’hydrogène aux aéroports de Kansai, d’Osaka et de Kobe au pays du soleil levant. On se souvient que l’avionneur européen avait déjà conclu en juin dernier un accord avec Kansai Airports, gestionnaire de ces mêmes aéroports. Vinci en est l’exploitant. Le groupe gère une cinquantaine d’aéroports à travers le monde et se retrouve donc l’un des acteurs incontournables.

Pour l’anecdote, Vinci Airports et Airbus ont déjà signé des protocoles d’accords concernant plusieurs aéroports. Ils ont par ailleurs tous les deux décidé de rejoindre le fonds d’investissement Hy24.

En parallèle, Vinci Airports a signé un protocole d’accord visant à intégrer l’hydrogène bas carbone dans les opérations de l’aéroport de Santiago, au Chili, avec un groupe d’entreprises énergétiques de premier plan (Air Liquide, Copec et Colbún).

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

H2Today / Seiya Consulting