Zero Emission Valley : deux stations H2 implantées à Clermont

Ce projet régional de déploiement de la mobilité hydrogène concerne également le Puy-de-Dôme et son chef-lieu, Clermont-Ferrand. La capitale auvergnate va accueillir deux stations à hydrogène pour alimenter des véhicules avec pile à combustible. L’annonce a été faite par la région et Clermont Auvergne Métropole.

D’ici cinq ans, la région va mettre quinze millions d’euros sur la table. A cela s’ajoute dix millions de l’Europe. Cet argent va financer, en partie, mille véhicules à hydrogène (avec une aide jusqu’à 18 000 euros) et vingt stations de recharge réparties sur l’ensemble du territoire régional.

Pour sa part, la métropole clermontoise pourrait ajouter des mesures incitatives. « On pourrait envisager des réduction en matière de stationnement, souligne Olivier Bianchi, le président de la métropole. Mais aussi des moments où ne pourront pas circuler notamment les camions de livraison car ils ne sont pas propres. »
La métropole envisage aussi de s’équiper de véhicules à hydrogène.

Rappelons au passage que Clermont est mondialement connue pour héberger le siège de Michelin, un acteur de la filière automobile particulièrement impliqué dans le développement de la pile à combustible.

Les élus veulent faire de l’Auvergne-Rhône Alpes la première région de France en équipements hydrogène. Cela permettra de porter à 36 % la part de l’énergie renouvelable consommée, contre 19 % aujourd’hui.

 

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting