24 h du Mans : Zidane en guest star pour le tour de démo des voitures à hydrogène

Zidane alpine hydrogène 24 H du Mans
24 h du Mans : Zidane en guest star pour le tour de démo des voitures H2

Pour la première fois, plusieurs voitures à l’hydrogène ont pris la piste, quelques heures avant le départ des 24 h du Mans. Et parmi elles, l’Alpine Alpenglow Hy4 avec Zinedine Zidane comme passager.

L’ancien capitaine des Bleus est le starter officiel de cette édition 2024 des 24 h du Mans. Et qui plus est, il est ambassadeur d’Alpine. Deux bonnes raisons pour le faire monter à bord d’une auto. Pas n’importe laquelle du reste : l’Alpenglow Hy4 qui a produit au Mans le même effet qu’à Spa-Francorchamps. Alpine, qui avait été privé de tour de démo en Belgique, a pu se rattraper et faire au passage le buzz. Les spectateurs ont à la fois admiré la ligne de l’auto (le speaker officiel du Mans a dit qu’il adorait son allure et l’aileron transparent) et acclamé Zizou.

Jusqu’à présent, l’ACO proposait un tour de démo avec sa voiture (d’abord, la LMP2HG, puis la H24 de course), juste avant le départ de la plus célèbre épreuve d’endurance du monde.

Une première avec plusieurs voitures

Cette année, peu après 12h30, on a vu partir la H24 avec à son volant Stéphane Richelmi. Puis, c’est Jean-Philippe Belloc qui s’est élancé à bord de la Foenix H2. Puis, il y a eu la Ligier JSR RH2, pilotée par Pierre Humbert de Bosch. La dernière à démarrer a été l’Alpine, avec au volant David Praschl (pilote de développement) et son illustre passager.

L’hydrogène a donc été particulièrement mis en avant aux 24 h du Mans. En 2010, l’ACO avait organisé un tour de démonstration avec plusieurs véhicules et hybrides dont une Mzada RX8 avec un moteur rotatif fonctionnant à l’hydrogène. Et ensuite en 2016, la GreenGT H2 avait tourné avec au volant le pilote Olivier Panis. Plus que jamais, l’Automobile Club de l’Ouest croit en l’hydrogène, même si le calendrier d’entrée en vigueur de la future catégorie H2 a été décalé d’un an. C’est en 2028 que l’on verra rouler au Mans des bolides avec de l’hydrogène, qui sera non pas gazeux mais liquide.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

BFC H2 VERT