Air Liquide et KBR vont faire de l’ammoniac bas carbone

ammoniac bas carbone

Le groupe français va collaborer avec KBR, leader mondial de l’ammoniac, afin d’assurer une production bas carbone grâce à son procédé de reformage autothermique (ATR).

Le marché global de l’ammoniac est en pleine expansion. Il a atteint près de 78 milliards de dollars en 2022 et devrait dépasser 129 milliards d’ici 2030. Utilisé comme engrais dans l’agriculture, ce produit va devenir stratégique pour la filière. Il peut facilement être transporté sur de longues distances et être à nouveau converti en hydrogène, afin de contribuer à la décarbonation de l’industrie et de la mobilité.

C’est là qu’entre en scène Air Liquide, qui a développé la technologie ATR. Elle permet de produire avec de l’oxygène et de la vapeur un gaz de synthèse riche en hydrogène qui peut être transformé en ammoniac. Combinée à du captage de carbone, le process devient plus vertueux. Il a été appliqué par exemple au Japon (lire notre article).

Ensuite, il suffit de craquer la molécule d’ammoniac afin de récupérer l’hydrogène. Air Liquide va installer justement une installation de ce type dans le port d’Anvers en Belgique. Il permettra d’assurer la conversion à l’échelle industrielle avec une empreinte carbone optimisée.

Dans le cadre de son partenariat avec KBR, Air Liquide assure qu’il est possible de récupérer jusqu’à 99 % du CO2 dans des installations industrielles hautement intégrées lorsqu’elles sont combinées avec une technologie de captage de carbone. KBR dispose de 250 usines de production d’ammoniac dans le monde, générant 10 000 millions de tonnes par jour.

Plus d’info sur Air Liquide ici.

PS: Vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Vous pouvez vous inscrire à nos newsletters.
1) « Vos actualités hydrogène en direct » (pour recevoir tous nos articles dès leur publication).
2) « Votre newsletter hebdo » (envoyée tous les lundi en fin de matinée). 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

carte interactive monde