Un concurrent pour Pragma dans le vélo à hydrogène

ARM Engineering : nouveau concurrent de Pragma dans le vélo hydrogène

La société ARM Engineering annonce son incursion dans le domaine du vélo hydrogène. Une diversification dans la mobilité légère pour cet acteur du sud-ouest qui s’est fait davantage connaître pour ses conversions de véhicules thermiques.

Basé à Montans, près de Gaillac (Tarn), ARM Engineering a réussi un coup d’éclat l’an dernier en battant un record du monde. Les ingénieurs ont équipé une Renault ZOE d’une pile à combustible alimentée au méthanol et venant renforcer l’autonomie jusqu’à 2 000 km. La société a d’abord conçu des boîtiers de conversion à l’éthanol E85, avant de proposer une pile à combustible de 5 kW, alimentée en bio méthanol G-H3 et jouant le rôle d’un range extender. Avec la pile et un réservoir de 50 litres, le rayon d’action d’un Renault Master E-Tech de 52kWh voit son rayon d’action passer de 185 à 385 kms, affirme cet acteur.

Stockage solide et électrolyse à domicile

Comme on peut le lire sur un post LinkedIn et un article de La Tribune, ARM Engineering s’attaque désormais au vélo hydrogène. La société met en avant un « réservoir à hydrogène solide », d’une capacité de 390 ml, capable de stocker 18 g d’hydrogène à une pression de moins de 10 bars. La technologie est basée sur des pastilles d’hydrure de magnésium, ce qui permet de stocker 60 fois plus d’hydrogène que les solutions classiques.

Par ailleurs, le plein pourrait se faire à domicile, grâce à un générateur à hydrogène pour les particuliers. « Il suffit de le brancher, d’ajouter 250 ml d’eau, et en quelques heures, votre réservoir est prêt pour une autonomie de 40 km », affirme ARM Engineering.

En comparaison, Pragma Mobility propose une autonomie de 150 km. Mais, la recharge nécessite d’avoir à proximité une station de recharge.

Une installation prévue près du circuit d’Albi

Selon La tribune, le coût du générateur serait de 2 000 euros. Pour le vélo, qui sera sous-traité en Asie, l’entreprise vise un prix de 3 500 euros pièce. Elle espère le lancer en fin d’année et en vendre 5 000 dès 2024.

La Tribune précise également que le lancement de ce projet est associé au déménagement de l’entreprise à Albi, à proximité immédiate du circuit automobile et pas très loin de Safra. « L’agglomération souhaite y développer un pôle de la mobilité à hydrogène et a ainsi accordé une subvention de 50.000 euros à ARM Engineering pour financer son installation dans la capitale du Tarn dans 650 mètres carrés », peut-on lire dans l’article.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

carte interactive monde