Belfort s’engage dans le zéro émission avec ses bus à hydrogène

Belfort bus à hydrogène

En arrivant à Belfort pour le Forum Business For Climate, nous avons fait un tour dans un bus à hydrogène. L’adoption de ce type de véhicules fait partie intégrante de la stratégie de la ville.

Dotée de deux sites de production d’hydrogène de Stellantis, la ville franchit une étape majeure dans sa transition vers la mobilité durable. Les bus à hydrogène Optymo sont au cœur de cette initiative, mais ils ne sont pas sans défis ni avantages.

L’un des aspects les plus marquants de cette transition est le coût des bus à hydrogène. Sans aides, leur prix s’élève à 700 000 euros, ce qui représente un investissement considérable (près de 3 fois le prix d’un bus diesel). Avec les subventions, le prix d’acquisition tombe à environ 380.000 euros (un surcoût d’environ 100.000 euros par rapport au diesel).

Les ambitions de Belfort avec ces bus à hydrogène

La ville de Belfort compte actuellement une seule station de ravitaillement en hydrogène. D’une capacité d’1 MW, elle peut produire environ 400 kg d’H2 par jour. S’il n’est pas prévu d’installer de nouvelles stations à court terme, la ville compte doubler la capacité de cette dernière dès 2025 pour atteindre 2 MW (environ 800 kg d’H2 par jour).

Les bus à hydrogène, fabriqués par la marque Vanhool, sont conçus pour fonctionner de manière similaire aux bus diesel en termes de conditions d’exploitation. Déjà, ils bénéficient d’une autonomie légèrement supérieure à 400 km. Il faut 38 kg d’hydrogène pour faire le plein et les bus consomment 8 kg d’H2 au 100 km. Quant au temps de ravitaillement, il est actuellement de 15 minutes (5 minutes pour le diesel) ce qui offre un avantage décisif sur l’électrique. Cependant, ce dernier point demandera des efforts logistiques quand 27 bus à hydrogène seront en circulation à Belfort (contre 7 aujourd’hui).

Malgré ces défis, Belfort fait un pas décisif vers un avenir plus propre en adoptant les bus à hydrogène. Avec 50 % de leur flotte de bus urbain fonctionnant à l’hydrogène d’ici 2025, la ville devient un exemple de l’engagement en faveur de la mobilité durable. De plus, la station de ravitaillement en hydrogène (idéalement située aux abords de l’A36) prévoit de s’ouvrir aux particuliers en 2025. Ainsi, les particuliers pourront également s’y avitailler, ce qui contribuera à rendre cette technologie plus accessible.

Vous voulez en savoir plus sur les bus à hydrogène ? Alors nos derniers articles sur ce sujet devraient vous intéresser. Vous pouvez lire nos articles en cliquant ici et ici.

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Marina Leite

Marina Leite

Brésilienne passionnée par les langues, les droits de l'homme et les enjeux environnementaux, je suis titulaire d'un diplôme en Langues Étrangères Appliquées avec une spécialisation en développement économique international. Forte de mon expérience en tant que créatrice de contenu sur les réseaux sociaux, j'ai rejoint Seiya Consulting et H2 Today en juin 2022 en tant que stagiaire, avant de devenir Marketing & Communication Manager et Designer.

Nos derniers articles

Seiya recrute