Bilan positif pour le programme Hydrogen Mobility Europe

bilan programme H2ME
Bilan positif pour le programme Hydrogen Mobility Europe (H2ME)

Un rapport final a été publié sur le programme H2ME, qui a réuni une cinquantaine de partenaires. Ce projet-phare a permis de déployer des stations et de montrer la pertinence de la mobilité hydrogène.

On vous avait déjà parlé de ce programme, mené en deux vagues (lire notre article). Un rapport final a donc été publié, avec des données qu’il est intéressant de partager. Ainsi, le projet a permis le déploiement de 49 stations de ravitaillement en hydrogène et de 1 400 véhicules à pile à combustible (FCEV), soit jusqu’à un tiers de l’infrastructure et des flottes comptabilisées en Europe à ce jour. Dans le détail, 12 modèles différents de véhicules ont été testés dans le cadre de H2ME, dont un disposant d’une autonomie de 650 km. Ils ont parcouru environ 40 millions de km. Du côté des stations, 361 000 pleins ont été effectués.

Un cas d’usage pertinent pour les taxis

Le bilan ? Le programme a montré par exemple que les taxis à hydrogène avaient leur place, en complément des modèles à batteries. Leur autonomie et le ravitaillement rapide sont des atouts en utilisation intensive. D’ailleurs l’arrivée de 500 Toyota Mirai pour les JO de Paris 2024 conforte ce modèle. Bien que l’accent ait été mis sur la mobilité lourde, il y aura toujours des cas d’utilisation pour la mobilité légère à l’hydrogène en Europe. D’ailleurs, les lancements de fourgonnettes à pile à combustible par les principaux constructeurs (Hyvia et Stellantis, Iveco avec Hyundai) illustrent également le potentiel de la technologie des piles à combustible dans les véhicules utilitaires légers. À ce propos, des vans aménagés pour le transport de personnes handicapés sont aussi en voie de déplacement en mode taxi chez Hype et HysetCo.

Le programme H2ME a également démontré la faisabilité d’une infrastructure évolutive d’approvisionnement en hydrogène, en mettant l’accent sur la production d’hydrogène par électrolyse à partir de sources renouvelables.

Du côté des acteurs, Moises Costa, responsable des affaires publiques chez Symbio, reconnaît que tout ne s’est pas passé comme prévu en dix ans. « Mais on peut être fier de ce qu’on a accompli », déclare-t-il. Il précise au passage que ce programme a permis de déployer en France 9 stations et 687 véhicules à l’hydrogène.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

carte interactive monde