Camions H2 : les avantages selon Bosch

Camions H2 Bosch Chine

Bosch, qui développe une pile à combustible destinée dans un premier temps aux camions H2, avec une production en série prévue pour 2022/23, estime que cette solution est idéale pour le transport longue distance. Il estime qu’à l’avenir, les 40 tonnes pourront parcourir plus d’un millier de kilomètres en mode 100 % électrique. La pile à combustible a atteint la maturité technologique nécessaire à son industrialisation et à une large utilisation, indique le groupe allemand.

Selon Bosch, un kilogramme d’hydrogène contient autant d’énergie que 3,3 litres de gazole et il permet de parcourir 100 kilomètres environ pour une voiture (le ratio est de 7 kg pour un camion de 40 tonnes). Tout comme pour un moteur diesel ou essence, lorsque le réservoir est vide, le plein s’effectue en quelques minutes. Dans le cadre du projet H2Haul financé par l’UE, Bosch travaille actuellement avec d’autres entreprises à la constitution d’une petite flotte de camions équipés d’une pile à combustible et à leur mise en circulation. Par rapport aux véhicules équipés d’une pile à combustible, le rendement est environ un quart supérieur à celui des véhicules dotés d’un moteur à combustion interne. La possibilité de récupérer l’énergie générée lors des phases de freinage renforce encore davantage l’efficacité.

Le bilan carbone de la pile à combustible

Par ailleurs, ce type d’énergie est plus vertueux. Dès lors que l’électricité utilisée est produite à partir d’énergies renouvelables, l’hydrogène est complètement neutre en carbone. Pour les véhicules très lourds notamment, en prenant en compte les émissions de CO2 liées à la production, utilisation et traitement, le bilan carbone de la pile à combustible est meilleur que celui des motorisations 100 % électrique à batterie.

Notamment, le réseau actuel de stations d’hydrogène n’affiche pas encore une grande densité. Toutefois, selon Bosch, les quelque 180 stations présentes en Europe s’avèrent cependant déjà suffisantes pour couvrir quelques axes de transport importants. L’équipementier souligne que l’utilisation d’hydrogène gazeux dans les véhicules est sûre et pas plus dangereuse que celle d’autres carburants ou celle des batteries. Les réservoirs d’hydrogène ne présentent pas de risque accru d’explosion.

Vous voulez en savoir plus sur Bosch ? Notre dernier article sur le sujet devrait vous intéresser. Vous pouvez le lire ici.

PS: Vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Vous pouvez vous inscrire à nos newsletters.

1) « Vos actualités hydrogène en direct » (pour recevoir tous nos articles dès leur publication).
2) « Votre newsletter hebdo » (envoyée tous les lundi en fin de matinée). 

Vous utilisez LinkedIn et vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Alors notre newsletter hebdomadaire devrait vous intéresser. Vous pouvez vous y abonner ici

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

carte interactive monde