Cashemir : de l’hydrogène pour décarboner l’alimentation animale

Filiale du groupe chinois BlueStar, l’un des leaders mondiaux de la nutrition animale, la société Adisseo a passé un accord avec Engie Solutions pour intégrer de l’hydrogène dans son process industriel. Elle souhaite en effet réduire l’empreinte carbone de la production de méthionine, un acide aminé indispensable à l’élaboration de ses produits. Or, la synthèse industrielle de méthionine nécessite d’utiliser de l’hydrogène.

C’est ici qu’intervient le projet Cashemir, qui devrait aboutir en 2022 sur le site des Roches de Condrieu (38) . Celui-ci prévoit la construction d’une unité de production de 2000 t/an d’hydrogène vert par électrolyse. Ce procédé utilise l’eau comme seule matière première et un courant électrique d’origine renouvelable, obtenu dans le cadre d’un contrat d’approvisionnement qui garantit la fourniture par des sites identifiés. L’ensemble de la chaîne sera sécurisé par la technologie blockchain, garantissant la traçabilité de l’énergie verte, ce qui constituera une première pour des volumes de cette importance.

Le projet Cashemir a été retenu par le Programme d’investissements d’avenir opéré par l’ADEME dans le cadre de l’appel à projets « production et fourniture d’hydrogène décarboné pour des consommateurs industriels ». Le pôle de compétitivité Chimie-Environnement AXELERA affirme également son soutien à cette initiative et l’a labellisée projet majeur. Le projet est aussi candidat au fonds Européen « Innovation Fund », qui permettrait de le concrétiser au bénéfice de la filière chimique d’excellence en région Auvergne-Rhône Alpes.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting