GM attaque les marchés de niche avec l’hydrogène

Lors de la présentation de son plan d’électrification, début octobre, le géant américain a précisé que, selon les besoins des clients, l’électrique ne serait pas la seule option. Le groupe présenté au passage la plateforme SURUS (Silent Utility Rover Universal Superstructure), qui s’adresse aux véhicules lourds. Equipée de quatre roues directrices et de deux moteurs électriques, elle dispose à la fois de batteries lithium-ion et d’une pile à combustible. L’autonomie revendiquée est supérieure à 400 miles (640 km).

Etant donné les dimensions (5 m de long pour 2,3 m de large), la plateforme n’est pas pour la voiture de monsieur tout le monde. GM évoque plutôt des véhicules de livraison, un camion ou une ambulance.

SURUS devrait faire ses débuts à bord de véhicules spéciaux, notamment ceux de l’armée américaine. Celle-ci a déjà évalué les performances en condition de combat d’un véhicule expérimental de General Motors, un pick-up Chevrolet Colorado dit ZH2. L’hydrogène est une solution adaptée aux besoins des militaires, car cette solution est silencieuse et autorise un plus long rayon d’action que l’électrique à batterie.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting