H2Pro lève 22 millions en Israël

On vous avait déjà parlé de cette start-up israélienne il y a deux ans. Son procédé de production d’hydrogène basé sur le fractionnement de l’eau semble vraiment prometteur car elle vient de lever 22 millions de dollars. Et les financiers à la manoeuvre ne sont autres que Bill Gates (fondateur de Microsoft, à travers son fonds d’investissement Breakthrough Energy Ventures) et le milliardaire de Hong Kong Li Ka-shing (à la tête du puissant groupe AS Watson, numéro un mondial de la gestion de ports dans le monde).

Précisons que l’entreprise avait déjà attiré des fonds de la part de Sumitomo au Japon et de Hyundai en Corée.

Mis au point par des chercheurs du Technion (un prestigieux institut de recherche), cette technologie permettrait de produire de l’hydrogène propre à seulement 1 dollar le kilo. Le procédé a pour nom E-TAC* (fractionnement de l’eau électrochimique par activation thermique) et se déroule en deux cycles. A la première étape, la cathode produit de l’hydrogène et l’anode modifie la composition chimique sans produire d’oxygène. A la deuxième étape, la cathode est passive tandis que l’anode produit de l’oxygène. À la fin de la deuxième étape, l’anode revient à son état initial et le cycle recommence.

Le projet est prometteur. Toutefois, les analystes de Bloomberg font valoir que les objectifs de H2Pro sont très ambitieux et que bon nombre d’acteurs bien établis ont des projets de grande ampleur pour produire massivement de l’hydrogène vert avec des électrolyseurs conventionnels et réduire les coûts.

*E-TAC : Electrochemical – Thermally Activated Chemical

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting