Horse : Renault veut réinventer la combustion, jusqu’à l’hydrogène

Horse Renault

Depuis le 1er juillet, l’entité Horse regroupe les activités liées au moteur thermique chez Renault. Elle est codétenue avec le chinois Geely et va explorer à l’avenir des motorisations alternatives comme l’hydrogène.

Comme le précise Renault, Horse « hérite du savoir-faire industriel et des actifs de Renault Group en matière de développement, de production et de fourniture de groupes motopropulseurs thermiques et hybrides de nouvelle génération à faibles émissions ». Dans un premier temps, la structure va développer des technologies sans carbone et à faibles émissions pour ses clients actuels, c’est à dire : Renault, Dacia, ainsi que Nissan et Mitsubishi.

Des moteurs ouverts aux énergies alternatives

Par contre, elle va s’ouvrir à l’avenir à d’autres marques du secteur automobile. L’offre de Horse sera constituée de moteurs, de boîtes de vitesses, de système d’hybridation et de batteries. Tous ces systèmes de propulsion seront également prêts à intégrer les différents types d’énergie existantes, alternatives et futures (e-carburants, hydrogène, GPL, GNC, éthanol, etc.). Il est également rappelé qu’Aramco a signé une lettre d’intention et étudie l’opportunité d’investir. La présence de ce groupe pétrolier saoudien « soutiendrait la croissance de l’entreprise et contribuerait à la recherche et au développement de solutions de carburants synthétiques et de technologies de l’hydrogène de nouvelle génération ».

Rappelons par ailleurs que Renault Group et PUNCH Torino signent un partenariat stratégique sur les moteurs diesel à faibles émissions, en janvier dernier. « Cet accord établira les bases d’une future coopération potentielle entre les partenaires, notamment les moteurs à combustion interne fonctionnant à l’hydrogène, pour lesquels PUNCH, par l’intermédiaire de sa filiale PUNCH Hydrocells, dispose d’une expertise considérable », indiquait alors le communiqué.

Le moteur encore là après 2040

« En 2040, les véhicules à combustion et hybrides représenteront toujours plus de 50 % des ventes mondiales », souligne Patrice Haettel, le CEO de Horse. Ce dernier était le directeur industriel de la marque Renault et directeur de la stratégie et de l’ingénierie industrielles du groupe. L’entité devrait être basée en Espagne, où Renault a son principal hub de motorisations hybrides.

La direction de la JV avec Geely, qui devrait accueillir aussi Aramco, devrait être basée à Londres.

Vous voulez en savoir plus sur Horse et l’hydrogène ? Notre dernier article sur le sujet devrait donc vous intéresser. Vous pouvez le lire ici.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

carte interactive monde