Nissan améliore la production de H2 par photosynthèse

En collaboration avec l’Institut de technologie de Tokyo, le constructeur japonais a développé des matériaux solides de conversion ascendante de photons aux performances exceptionnelles qui peuvent améliorer l’efficacité de la photosynthèse artificielle.

Par la photosynthèse artificielle, reproduisant à la base un phénomène naturel chez les plantes, l’eau est divisée en oxygène et en hydrogène. Si ce dernier est combiné ensuite avec du CO2, on peut dès lors produire des composés bruts, tels que des oléfines, pour les résines.

C’est que recherche Nissan, qui vise à atteindre la neutralité carbone tout au long du cycle de vie de ses produits d’ici 2050. Cette nouvelle technologie contribuera aux objectifs du groupe en améliorant l’utilisation du CO2 comme matière première, ce qui peut réduire la dépendance aux combustibles fossiles dans la fabrication de résines et d’autres des produits. Comme quoi l’hydrogène peut avoir d’autres applications au sein de l’industrie automobile.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting