Hyperion XP 1 : le missile roulant à l’hydrogène

Hyperion X P1 hydrogène

Comme elle s’y était engagée, la start-up californienne Hyperion a dévoilé la XP 1 : une hypercar électrique… et à hydrogène. La société dirigée par Angelo Kafantaris avait fait du teasing en annonçant une technologie venue de l’espace* pour la route. Ce bolide au design inspiré par Bugatti et au look de vaisseau spatial utilise en effet une pile à combustible plutôt que des batteries pour fournir le courant électrique. Ce choix permet d’alléger le véhicule, qui pèse moins d’une tonne deux (grâce aussi à l’emploi de carbone et de titane). Et l’hydrogène permet aussi d’aller plus loin avec une autonomie théorique de 1 600 km (1 000 miles) en fonction du mode de conduite. A noter que la carrosserie intègre aussi des panneaux solaires.

La XP 1 est avant tout une bête de course, revendiquant une puissance de 1 000 ch. Elle abat le 0 à 100 km/h en seulement 2,2 s. Et sa vitesse de pointe est de plus de 350 km/h. Des chiffres qui donnent le tournis et lui donnent l’avantage par rapport à la future GT de Tesla. De plus, les sensations de conduite seront accentuées par une bulle en verre. A bord, Hyperion a privilégié la high-tech avec un écran courbé qui se pilote par reconnaissance des gestes.

Voici la vidéo de l’engin.

Si vous en voulez une, il faudra patienter jusqu’à la fin de l’année et mettre de côté quelques millions de dollars. La start-up affirme pouvoir réaliser 300 exemplaires par an.

*Hyperion a effectivement un accord avec la NASA pour commercialiser sous licence des technologies autour de l’hydrogène

Vous voulez en savoir plus sur l’Hyperion XP 1 à hydrogène ? Alors vous devriez lire nos 2 derniers articles sur le véhicule. L’un sur la venue du véhicule à Las Vegas et l’autre à Los Angeles.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

carte interactive monde