Une Hyundai Nexo à l’essai au circuit de glace de Val-Thorens

Une Hyundai Nexo à l'essai au circuit de glace de Val-Thorens
Une Hyundai Nexo à l’essai au circuit de glace de Val-Thorens

Depuis hier, et jusqu’au 17 mars prochain, une Hyundai Nexo aux couleurs de la Région Auvergne-Rhône-Alpes est mise à la disposition du circuit de glace le plus haut d’Europe, en Savoie. C’est l’occasion pour le public de découvrir la mobilité hydrogène.

C’est un peu un retour à la maison pour ce véhicule. Hyundai avait choisi le circuit de glace de Val-Thorens pour établir un record d’endurance en décembre 2021. Le pilote Adrien Tambay avait roulé pendant 6 h*, montrant au passage la fiabilité de la technologie. Hydrogen Today était présent lors de ce record, suivi entre autres par Bertrand Piccard. Depuis, le directeur du circuit de Val-Tho’, Olivier Pignon, nous avait confié son intention de se positionner comme un centre de certification pour évaluer les technologies en altitude et dans le froid.

Et c ‘est HRS qui a prêté ce véhicule, qui va pouvoir faire le plein à la station HYmpulsion de Moutiers.

Une technologie que tout le monde peut tester

Désormais, pas besoin d’être pilote pour tester la Hyundai Nexo sur glace. Il suffit de contacter pour un essai le centre Ice Driving. Dans un communiqué, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, considère que « mettre à disposition un véhicule roulant à l’hydrogène sur le circuit de glace le plus haut d’Europe, c’est donner une visibilité extraordinaire à la conception de l’écologie positive que nous portons à la Région. C’est proposer aux amateurs de sensations fortes de venir tester leurs réflexes sur un véhicule propre dans le fabuleux décor du circuit de glace de Val Thorens à 2200m d’altitude ».

« Nous avons d’abord mené une expérimentation avec le record d’endurance, et maintenant nous voulons nous adresser à nos clients en leur permettant d’expérimenter cette technologie d’avenir », commente Olivier Pignon, le directeur du circuit. « C’est d’une part le signal qu’il est possible de faire évoluer notre activité vers une solution plus respectueuse de l’environnement, et c’est aussi pragmatique, nous ne rencontrons aucune perte d’autonomie avec la solution hydrogène contrairement aux batteries ».

La visibilité donnée par cet écrin incitera peut-être des constructeurs à s’associer à la démarche.

*avec une consommation de 3,1 kg d’hydrogène aux 100 km. Au passage, la nexo a purifié un volume d’air de 267,8 m3 et a permis d’éviter l’émission de 26,5 kg de CO2.

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Seiya recrute