Balade en Master H2 à Rotterdam

Hyvia Master hydrogène

Un Master hydrogène signé Hyvia

A l’occasion du World Hydrogen Summit, Hyvia organise des essais de son Master à hydrogène. Une expérience qui permet toujours de mieux appréhender la technologie.

Le parking à l’extérieur du centre de congrès Ahoy abrite plusieurs types de véhicules H2 : des utilitaires (le Jumper de Borgwarner et les Renault Master H2) et des voitures (Toyota Mirai, Honda FC Clarity, Mercedes GC-F Cell). Chez Hyvia, qui est le seul à avoir déployé une tente d’hospitalité, on propose en permanence deux véhicules à l’essai.

La boucle est courte et urbaine. Elle permet néanmoins d’apprécier les performances de la propulsion hydrogène. Fondamentalement, on n’est pas dépaysé par rapport à un Master ZE. C’est la même base technique. Et la capacité de chargement est la même : 12 m3. Ce qui change, c’est l’intégration de la pile et des réservoirs d’hydrogène, le tout étant intégré au niveau du toit et protégé par un caisson de sécurité. La seule différence visible est le petit écran situé à gauche au dessus de la planche de bord. Il affiche le niveau d’hydrogène et indique à quel moment la pile se met en action. Ce qui l’est moins, c’est le détecteur de fuite d’hydrogène, qui se trouve juste au-dessus du conducteur.

La boucle d’essai prévoit une halte à la station qu’Air Liquide exploite à Rotterdam. Elle est alimentée directement par un pipeline en provenance d’Anvers. A la pompe, on a le choix entre du 350 et du 700 bars. La trappe d’accès pour le plein d’hydrogène se situe près de la porte côté conducteur. Il faut au préalable enlever un petit cache cylindrique, qu’il faut remettre également avant de partir. Sinon, le véhicule ne démarre pas.

Pour la prochaine génération, Hyvia va mieux intégrer les composants. La pile va trouver place dans le compartiment moteur et les réservoirs seront placés sous le plancher. Renault va par ailleurs affiner son expertise. La marque au losange en apprend plus sur la pile et de son côté Plug fait l’apprentissage des contraintes de l’automobile. La grande force d’Hyvia est de s’appuyer sur l’écosystème et le savoir-faire industriel de Renault. Par ailleurs, Hydrogen Today a rencontré aussi à Rotterdam le responsable après-vente. Une stratégie solide est en train d’être mise en place, avec une méthode et de la formation.

Vous pourrez prochainement découvrir notre entretien vidéo avec David Holderbach, le CEO d’Hyvia. Dans cette interview, il reviendra sur le déploiement de l’offre et des services.

Vous voulez en savoir plus sur le Master hydrogène de Hyvia ? Cet article devrait donc vous intéresser.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Osez l'hydrogène