La mobilité hydrogène avance vite en Chine (et ce n’est qu’un début)

mobilité hydrogène Chine
La mobilité hydrogène avance vite en Chine (et ce n’est qu’un début)

Pendant que les anti-hydrogène s’activent sur les réseaux, pour dire à quel point ce serait une erreur de l’appliquer dans la mobilité, les chinois déploient des véhicules et des stations. C’est parti mon kiki.

Ah, les Chinois… Quand ils ont décidé de partir dans l’électrique, personne n’y a cru et les européens s’en mordent les doigts. Le truc, c’est que celui qui a convaincu le régime d’aller dans la batterie, Wang Gang, leur a dit aussi qu’il fallait aussi faire de l’hydrogène. Et on commence à voir le résultat. Selon le China Hydrogen Bulletin, 27 provinces sur 31 ont élaboré une stratégie hydrogène et ont affiché des objectifs pour 2025, voire 2030 et même 2035.

Dans moins de deux ans, il y aura 116 900 véhicules à pile à combustible sur les routes. Soit, deux fois plus que les 50 000 initialement prévus par la stratégie nationale. 8 provinces affichent un objectif de 10 000 véhicules en 2025. A l’échelle du pays, les volumes sont faibles, mais près de 4 000 véhicules (essentiellement des camions) ont été immatriculés depuis le début de l’année. La progression est de 44,8 %. Rappelons que l’objectif est de 2 millions en 2030.

Les stations sortent de terre, les projets d’hydrogène vert aussi

Et du côté de l’infra ? Plus de 400 stations ont été déployées dans les provinces qui ont une stratégie hydrogène. Et 39 de plus étaient attendues pour fin décembre. Dans le même temps, la Chine se lance aussi dans l’hydrogène vert. Plus de 30 projets ont été initiés dans ce domaine. Par exemple, le pétrolier Sinopec a mis en place la plus grande ferme solaire du pays l’été dernier. Elle servira à produire 20 000 tonnes d’hydrogène par an. Le même groupe va investir 4,6 milliards de dollars dans l’hydrogène d’ici 2025, afin de produire 500 000 tonnes par an.

Seule ombre au tableau : les acteurs de l’hydrogène ne gagnent pas d’argent et ne survivent que grâce aux aides de l’Etat. Mais, c’est comme ça que le régime a oeuvré pour faire monter en puissance les industriels dans l’électrique à batterie. La suite, on la connaît..

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Osez l'hydrogène