L’hydrogène pourrait répondre à 20 % des besoins en énergie en France en 2050

En ouverture de l’édition 2018 d’Hyvolution, le Président de l’AFHYPAC, Philippe Boucly, a présenté une étude prospective* sur l’apport de l’hydrogène en France à l’horizon 2050. C’est une déclinaison à l’échelon national de l’étude de McKinsey, réalisée pour l’Hydrogen Council.

Premier chiffre à retenir : l’hydrogène pourrait subvenir à 20 % des besoins en énergie en 2050, avec une production de 790 PJ (pétajoules), ce qui équivaut à 220 Twh, ou 5,5 millions de tonnes de H2. L’hydrogène pourrait réduire à cette même date de 55 millions de tonnes les rejets de CO2. Soit, un tiers de ce qu’il faut faire pour respecter les accords de Paris.

En matière de mobilité, l’objectif visé est d’arriver à un réseau de 400 stations vers 2030, avec un premier seuil de 150 stations en 2023. Les véhicules à pile à combustible seront dans un premier temps des VP utilisés par les taxis, utilitaires, ainsi que des bus. 200 000 véhicules devraient ainsi circuler en 2030 sur les routes de l’hexagone. En 2050, l’hydrogène pourrait alimenter 1 camion sur 5 et 1 bus sur 4. Le Président de l’AFHYPAC se dit persuadé que l’offre va se développer dans l’automobile, certains constructeurs ayant prévu d’entrer sur ce marché à partir de 2019 et 2020. Dans les villes, les véhicules H2 pourraient réduire de 15 % les émissions locales (CO, NOx).

En 2050, l’hydrogène devrait répondre à 10 % des besoins dans l’industrie et un tiers dans le bâtiment.

La filière devrait représenter quant à elle 8,5 Mds d’euros en 2030 pour 40 000 emplois et 40 Mds en 2050 pour 150 000 emplois.

Mais, pour arriver à de tels résultats, il faut non seulement bénéficier d’un cadre législatif favorable (Nicolas Hulot devrait annoncer la feuille de route pour l’hydrogène d’ici quelques semaines) et investir. Idéalement, il faudrait consacrer 650 millions d’euros par an dans les 10 prochaines années.

 

*Elle a été réalisée avec l’aide d’Air Liquide, Alstom, EDF, ENGIE, Faurecia, Michelin, Plastic Omnium, la SNCF, Total, Toyota, ainsi que de l’AFHYPAC et du CEA.

 

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting