McPhy : un chiffre d’affaires en hausse

McPhy chiffre d'affaires

McPhy a réalisé 7 M de chiffre d’affaires au premier semestre (+ 35 % par rapport à la même période en 2022) et affiche un carnet de commandes à 33,4 M (+ 9 %).

McPhy affiche des performances solides depuis le début de l’année, avec un chiffre d’affaires qui se répartit à 59 % avec les électrolyseurs et à 41 % avec les stations. Le bilan est atténué par le report du projet CEOG en Guyane (lire notre article) et la reprise de deux stations d’ancienne génération.

Le Directeur Général, Jean-Baptiste Lucas, estime que la société a franchi de nouveaux jalons pour son passage à l’échelle. Il s’agit de l’automatisation de la ligne d’assemblage des stacks dans l’usine de San Miniato (Italie) et la sortie de terre de la Gigafactory à Belfort. Par ailleurs, elle a amorcé un développement à l’international grâce à un partenariat très prometteur avec le groupe indien Larsen & Toubro (L&T).

McPhy met aussi en avant deux contrats remportés lors du premier semestre. Le premier concerne un ambitieux projet d’acier bas-carbone avec ArcelorMittal et VEO. Il prévoit la construction d’une usine pilote d’électrolyse à Eisenhüttenstadt en Allemagne, en collaboration avec l’université technique de Brandenbourg. McPhy fournira deux électrolyseurs McLyzer d’une puissance de 1 MW chacun et assurera un contrat de service d’une durée de cinq ans. Le second concerne un projet de « métal vert » avec le Groupe Plansee. Le groupe français fournira un électrolyseur McLyzer 800-30 qui sera installé sur le site de Reutte, en Autriche, et assurera également les services de maintenance de l’équipement à long terme.

Vous voulez en savoir plus sur McPhy ? Alors nos 2 derniers articles sur le groupe devraient vous intéresser. Vous pouvez les lire ici et .

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

carte interactive monde