Gen-Hy : la membrane qui améliore l’électrolyse

Fondée par le PDG de Flexfuel Energy Development, la société Gen-Hy est la seule à produire en France des membranes à échange d’anions (AEM), dont la particularité est d’améliorer de 20 % les rendements de l’électrolyse. De plus, elle ne nécessite pas de métaux rares.

Issue d’un programme de recherche commun avec la DGA (Direction Générale de l’Armement), mené pendant 5 ans, la membrane GEN-AEM été brevetée mondialement. Cette technologie a par ailleurs été sacrée lauréate du Concours d’innovation i-Nov de l’ADEME.

Une unité de production de ces membranes AEM a été installée au siège d’Orly, près de Paris, pour lancer la phase de pré-industrialisation. Elle représente un investissement de 2,5 millions d’euros et devrait créer 12 emplois directs supplémentaires, venant s’ajouter l’équipe de 10 personnes déjà en place. Cette unité pourra produire jusqu’à 480 m2 de membranes par an pour un chiffre d’affaires attendu de 6 millions d’euros à partir du 2ème trimestre 2022. Pour la réalisation de ce projet, Gen-Hy a pu compter sur le soutien de l’ADEME et de Flexfuel Energy Development.

La phase d’industrialisation est prévue en 2022 avec la construction d’une usine de 15 000 m2 sur un site à définir.

*La solution autorise le passage des ions tout en étant étanche aux gaz

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting