Un moteur à hydrogène dans la Toyota Yaris

moteur à hydrogène Toyota

Le constructeur japonais, Toyota, qui a déjà fait rouler une Corolla sur circuit au Japon avec un moteur thermique alimenté par hydrogène, a décidé d’appliquer la même recette sur une Yaris GR. Il ne s’agit à ce stade que d’un concept.

Bien qu’étant l’un des rares acteurs de l’automobile à proposer une berline à pile à combustible, avec la Mirai, Toyota n’écarte pas la piste du moteur thermique brûlant de l’hydrogène. Il travaille en fait depuis 2017 sur ce procédé. Il y a quelques mois, le géant japonais a d’ailleurs étrenné la technologie sur une Corolla Sport, en championnat Super Taikyu. La Yaris GR reprend le même moteur à essence 1,6 L de 3 cylindres, qui a été modifié au niveau de l’injection. L’hydrogène brûle plus vite que l’essence et préserve le bruit et les sensations d’un moteur thermique, avec moins de pollution.

Toyota veut montrer sur les circuits que cette solution a du potentiel. On peut imaginer que la Yaris GR va rouler elle aussi au Japon. Rappelons que d’autres constructeurs de l’archipel veulent tester aussi ce type de motorisation en compétition, comme Subaru et Mazda dans l’auto (ainsi que Yamaha et Kawasaki dans la moto).

Vous voulez en savoir plus sur Toyota ? Notre dernier article sur le sujet devrait vous intéresser. Vous pouvez le lire ici.

PS: Vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Vous pouvez vous inscrire à nos newsletters.

1) « Vos actualités hydrogène en direct » (pour recevoir tous nos articles dès leur publication).
2) « Votre newsletter hebdo » (envoyée tous les lundis en fin de matinée). 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Advert here 2