Nommé ministre d’Etat à la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot fait donc son entrée au gouvernement que dirigera Edouard Philippe, sous l’autorité du nouveau Président Emmanuel Macron. C’est plutôt une bonne nouvelle pour la filière de l’hydrogène.

Non pas que l’ancienne titulaire de ce portefeuille, Ségolène Royal se soit montrée frileuse par rapport à cette forme d’énergie (elle a même manifesté clairement son intérêt et a soutenu l’appel à projets territoires hydrogène), mais il se trouve que le président de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme, a pris publiquement parti pour l’hydrogène.

En tant que parrain du projet Energy Observer, le fameux bateau autonome en énergie, qui doit partir en fin d’année pour un tour du monde jusqu’en 2022, il avait justement conseillé de recourir au stockage d’électricité grâce à la pile à combustible et à l’hydrogène. Il a jugé cette solution plus efficace que les seules batteries.

C’est un choix qu’il avait justifié dans le dernier numéro de la lettre d’information de l’AFHYPAC, Hynovations. Il déclarait notamment que l’hydrogène pouvait assurer l’autonomie énergétique d’une ville comme Saint-Malo.

La filière hydrogène est sans doute rassurée par le choix du nouveau ministre, qui va donc poursuivre et sans doute amplifier la transition énergétique.