Dans un entretien au site australien Drive, le patron des ventes et du marketing de Volvo, Bjorn Annwall, révèle que la marque pourrait intégrer l’hydrogène dans ses véhicules. Il ne s’agit pas, comme Toyota ou Hyundai, d’en faire l’élément principal pour la propulsion, mais de l’utiliser plutôt comme un prolongateur d’autonomie. Le responsable de Volvo précise que c’est une possibilité d’ici 2027. En vérité, la réflexion ne date pas d’hier. Au sein du groupe, l’entité Powercell travaille depuis des années sur la pile à combustible.

Si Volvo en parle aujourd’hui, c’est que la demande s’accélère. Powercell vient justement de signer un accord pour livrer des piles à un constructeur chinois, qui s’en servira en tant que range extender dans des voitures. L’identité de ce client n’est pas révélée. Mais, il n’est pas interdit de faire le lien avec Geely, qui est le propriétaire de Volvo. La filiale de Volvo est par ailleurs impliquée dans un projet de plateforme en Allemagne visant à développer des véhicules à hydrogène à grande échelle.

Powercell a en tout cas une pile de 20 kW qui pourrait très bien s’intégrer dans un modèle électrifié comme le XC90 hybride rechargeable. L’ajout de ce range extender a fait l’objet d’une pré-étude.