Après la présentation, le 1er juin, d’un plan pour développer la filière française de l’hydrogène, la start-up industrielle salue à son tour les annonces de Nicolas Hulot. Elle remarque au passage que deux des piliers du plan concernent exclusivement l’électrolyse : la production d’hydrogène vert à des fins industrielles, ainsi que l’utilisation d’électrolyseurs pour la stabilité des réseaux électriques.

Il s’agit de développer en France la production d’un hydrogène « vert », complètement décarboné, grâce à l’électrolyse de l’eau à partir d’une électricité issue d’énergies renouvelables, explique la société.

AREVA H2Gen rappelle qu’elle peut répondre dès à présent à ces enjeux avec sa technologie d’électrolyse PEM.

« Financièrement, le Plan hydrogène va utilement soutenir les initiatives avec des subventions pour les stations de rechargement et l’achat de flottes de véhicules », estime Pascal Pewinski, directeur général d’AREVA H2Gen. « Par contre, nous craignons que les subventions pour l’achat d’électrolyseurs soient peu efficaces, car ce dispositif n’aura que très peu d’impact sur le prix de revient de l’hydrogène produit », relativise-t-il.