Engagée dans un partenariat avec Toyota depuis 2013, la firme bavaroise a eu l’occasion depuis de présenter quelques concepts, dont un X5 qui avait été exposé lors de la dernière édition du salon de Francfort en 2019. C’était plus qu’un prototype, puisque le constructeur prévoit de lancer dans deux ans une version à pile à combustible de ce SUV sous le nom BMW i Hydrogen NEXT. Doté d’une PAC développant 125 kW (170 ch), couplée avec des réservoirs stockant 6 kg d’hydrogène à 700 bars (soit, 600 km d’autonomie), le véhicule développera au total 374 ch. Ce sera donc une authentique BMW, avec tout le plaisir de conduire qui va avec. Le X5 embarquera notamment le moteur électrique de 5e génération qu’inaugurera l’iX3 cette année.

Pour le responsable de la recherche, Klaus Fröhlich, l’hydrogène a toute sa place dans les solutions alternatives. Ce membre du directoire de BMW est convaincu qu’il n’y a pas de solution unique (autrement dit la batterie) pour adresser tous les besoins du marché. Il est donc nécessaire de maîtriser aussi la pile à combustible, qui sera à terme l’un des piliers de la stratégie de la marque. Sur ce X5 à hydrogène, le constructeur allemand va utiliser une pile à combustible de Toyota, mais il va y apporter aussi son savoir-faire (stack et chaîne de traction). Les deux industriels travaillent en commun sur les piles de prochaine génération et des composants modulaires.

Ce premier modèle H2 sera produit en petite série. Autant BMW croit à la technologie, autant il se montre réaliste. Les conditions ne sont pas encore réunies pour assurer une diffusion de masse, car il manque encore l’infrastructure et le prix de l’hydrogène vert (obtenu à partir d’une électricité décarbonée) doit être compétitif. La marque estime qu’elle sera en mesure de pouvoir proposer un véritable véhicule de série au plus tôt dans la seconde moitié de la décennie.

En attendant, elle prévoit de lancer 25 modèles électrifiés pour 2023, dont 12 qui seront 100 % électriques.