Désormais en France, tous les véhicules thermiques de plus de 5 ans (voitures, véhicules utilitaires, camions, bus et cars) ainsi que les 2 et 3 roues motorisés de plus de 3 ans, pourront faire l’objet d’une transformation électrique. L’arrêté du 13 mars relatif aux conditions de transformation des véhicules à motorisation thermique en motorisation électrique (à batterie ou à pile à combustible) vient de paraître ce vendredi 3 avril au journal officiel.

Le groupe motopropulseur électrique (dont le réservoir d’hydrogène), le freinage, la certification des batteries (puissance, autonomie), le poids maximal (dont sa répartition) du véhicule, les composants électriques, la hauteur de caisse, ou encore la suspension sont passés en revue tout en conservant les fonctions de sécurité active et passive conformément à l’origine du véhicule. Le texte prévoit également un bilan de l’application des prescriptions dans 24 mois pour étudier l’opportunité d’y introduire des modifications.

On doit ce texte à la filière artisanale qui s’est regroupée derrière l’association AIRe (Acteurs de l’industrie du rétrofit électrique).

Il est à noter que d’une ville comme Grenoble et la région Auvergne-Rhone-Alpes soutiennent le rétrofit d’utilitaires particuliers et pros avec des aides jusqu’à 6000€.