Plastic Omnium fournira les réservoirs de l’Hopium Machina

L'Hopium Machina embarquera un système de stockage fourni par Plastic Omnium. Et la technologie sera visible également sur le prototype qui sera dévoilé à la presse en juin.

Olivier Lombard accélère en vue du lancement de la GT française à hydrogène en 2026. L’Hopium Machina embarquera un système de stockage fourni par Plastic Omnium. Et la technologie sera visible également sur le prototype qui sera dévoilé à la presse en juin. Le véhicule sera équipé d’un réservoir 700 bar de type IV produit par Plastic Omnium dans son usine d’Herentals (Belgique), entrée en service à l’automne 2020.

Intégrée de manière optimale au châssis du véhicule, cette nouvelle génération de réservoirs permettra à Hopium de maximiser la quantité d’hydrogène embarquée pour atteindre son objectif ambitieux de 1000 kilomètres d’autonomie.

« Nous partageons avec Hopium la conviction du rôle majeur de l’hydrogène dans la mobilité du futur », déclare Laurent Favre, Directeur Général de Plastic Omnium. Et Olivier Lombard, Président-Directeur Général d’Hopium, d’ajoute : « En tant que premier constructeur automobile 100% hydrogène, Hopium se positionne comme précurseur des technologies vertes. Ce partenariat avec Plastic Omnium témoigne de notre volonté de collaborer avec un acteur clé de la mobilité hydrogène pour développer la Māchina, une nouvelle génération de véhicule zéro émission ».

Vous voulez en savoir plus sur Hopium ? Notre dernier article sur le sujet devrait vous intéresser. Vous pouvez le lire ici.

PS: Vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Vous pouvez vous inscrire à nos newsletters.

1) « Vos actualités hydrogène en direct » (pour recevoir tous nos articles dès leur publication).
2) « Votre newsletter hebdo » (envoyée tous les lundi en fin de matinée). 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

MasterClass H2 Toulouse