Toyota se lance dans l’hydrogène à partir de fiente de poulet

Toyota hydrogène poulet

Toyota se lance dans l’hydrogène à partir de fiente de poulet

En Thaïlande, le géant japonais inaugure un nouveau procédé pour obtenir de l’hydrogène. Il est développé en coopération avec sa filiale Toyota Tsusho et Mitsubishi Kakoki.

C’est la première fois en Thaïlande qu’on mettra en service un équipement de production d’hydrogène dérivé du biogaz. Fabriqué par Mitsubishi Kakoki et prévu pour novembre, il utilisera comme matière première du fumier de poulet local et des déchets alimentaires. Toyota et Toyota Tsusho coopéreront sur la production d’hydrogène, ainsi que sur la compression, le stockage et le transport.

Les trois partenaires utiliseront ces équipements dans d’autres zones. Ils prévoient notamment de dupliquer le modèle dans d’autres parties du monde. Si le problème de l’oeuf et de la poule n’est pas encore résolu, le poulet sert au moins à produire de l’hydrogène. Lequel ne sera pas vraiment vert, mais renouvelable quand même.

Vous voulez en savoir plus sur Toyota ? Alors nos 2 derniers articles sur le groupe devraient vous intéresser. Vous pouvez les lire ici et.

PS: Vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Vous pouvez vous inscrire à nos newsletters.
1) « Vos actualités hydrogène en direct » (pour recevoir tous nos articles dès leur publication).
2) « Votre newsletter hebdo » (envoyée tous les lundi en fin de matinée). 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

carte interactive monde