Stadler pousse le train hydrogène aux États-Unis

Stadler pousse le train hydrogène aux Etats-Unis
Stadler pousse le train hydrogène aux États-Unis

Alors qu’Alstom conclut avec succès la démonstration du premier train à hydrogène en service commercial en Amérique du Nord, en transportant 10 000 passagers pendant trois mois au Québec, c’est Stadler qui fait l’actualité. Le groupe suisse va fournir 4 trains à hydrogène à l’Etat de Californie, avec la possibilité d’en livrer 25 supplémentaires. Les opérations vont démarrer en 2024.

Un partenariat entre Stadler et la San Bernardino County Transportation Authority (SBCTA), conclu en 2019, a ouvert la voie à l’arrivée du tout premier train à hydrogène en Amérique du Nord. C’est ainsi qu’a été commandé le tout premier Flirt H2. Sur son site, l’industriel écrit que ce train à hydrogène a subi des tests approfondis en Suisse et aux États-Unis, confirmant ses performances et sa fiabilité exceptionnelles. Ces essais ont conduit à une décision « sans précédent » de CalSTA et Caltrans de s’engager dans cette voie innovante aux côtés de Stadler.

Ce train à hydrogène, qui a été présenté au salon Innotrans de Berlin, en 2022, va donc rouler prochainement en Californie.

Le groupe Suisse s’attaque par ailleurs à l’Europe. Il a remporté deux contrats en Italie : le premier pour la fourniture et la maintenance de 10 trains à hydrogène pour l’opérateur ARST (Azienda Regionale Sarda Trasporti) et le second pour 15 véhicules similaires auprès de la FdC (Ferrovie della Calabria) . Stadler deviendra ainsi le premier constructeur ferroviaire au monde à proposer des trains à voie étroite équipés d’une propulsion à l’hydrogène.

Vous voulez en savoir plus sur le train à hydrogène et les États-Unis ? Alors nos 2 derniers articles sur ces sujets devraient vous intéresser. Vous pouvez lire notre dernier article sur le train à hydrogène ici et sur les États-Unis .

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

2