Un accueil triomphal pour Energy Observer

accueil Energy Observer retour Saint Malo
Un accueil triomphal pour Energy Observer

Aux alentours de 16 h, hier, le catamaran à hydrogène a fait son retour à Saint-Malo. Une arrivée célébrée en grande pompe et en présence de nombreux représentants de la filière.

Si des privilégiés ont pu aller à la rencontre du navire en mer, en montant à bord notamment de l’Etoile du Roy, les fans ont pu suivre l’arrivée en live sur les réseaux sociaux. Et surtout, la foule s’est massée au bord du bassin Duguay-Trouin pour voir accoster Energy Observer. L’équipage a été acclamé comme sil s’agissait des vainqueurs d’une course au large.

Après ce moment de célébration, les invités ont pu se rendre au Palais du Grand Large où une conférence de deux heures a été organisée. Le maire de Saint-Malo, Gilles Lurton, et le Vice-Président de la région Bretagne en charge de la mer, Daniel Cueff, se sont félicités du succès de l’odyssée. « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait », a déclaré l’édile de la ville, en citant Mark Twain. Juste après, un Victorien Erussard ému a tenu à remercier tous ceux qui ont rendu l’aventure possible, notamment les sponsors (Accor, Thélème, Delanchy, Toyota, Qair…). Lesquels ont tous salué les qualités de conviction et l’énergie du fondateur d’Energy Observer.

Plein de projets

Parmi les personnalités présentes, on reconnaissait Florence Lambert (CEO de Genvia), la marraine du bateau. Il y avait également le Président de France Hydrogène, Philippe Boucly, ou encore Pierre-Etienne Franc, CEO de Hy24 Partners. Pour sa part, Energy Observer a tenu à saluer Christian Contzen, l’ancien patron de Renault Sport (qui a obtenu plusieurs titres en F1) et qui fait partie du conseil d’administration de la Fondation EO.

La soirée a permis d’apprendre que le bateau était au début une véritable épave. On a pu voir aussi des esquisses, montrant que le design aurait pu être très différent. Finalement, EO est devenu une véritable vitrine technologique. Et avec 68 000 milles nautiques et l’équivalent de trois fois le tour de la terre, le navire a bien tenu le choc. L’odyssée a donné à Victorien Erussard l’idée de créer EODev, dont les générateurs se vendent dans le monde entier, mais aussi de créer d’autres navires à partir de son autre filiale EO Concept.

Les prochains projets concernent un cargo à hydrogène liquide (Energy Observer 2) et une plateforme similaire au premier catamaran pour tester notamment les carburants synthétiques qui répondra au nom d’Energy Observer 3. Il y a par ailleurs d’autres projets dans l’éditorial avec des documentaires et une nouvelle plateforme digitale d’agrégation de contenus, le capitaine d’Energy Observer ayant à coeur de rétablir certains faits concernant l’hydrogène.

Pour suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière, Suivez-nous sur LinkedIn !

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

BFC H2 VERT