2023 : une année très hydrogène pour Air Liquide

Air Liquide projets hydrogène
Air Liquide démultiplie les projets dans l’hydrogène en 2023

A l’occasion de la présentation de ses comptes du troisième trimestre, le groupe en a profité pour faire le point sur ses activités dans l’hydrogène. Et il y a de gros projets.

Le plus gros d’entre eux concerne un investissement de plus de 400 millions d’euros pour la construction d’un électrolyseur sur le site de l’usine Air Liquide Normand’Hy. L’hydrogène produit (renouvelable et bas carbone) viendra alimenter la raffinerie TotalEnergies de Gonfreville en Normandie. Il s’inscrit dans le cadre d’un PIIEC (Projet Important d’Intérêt Européen Commun) approuvé par la Commission européenne. Le projet a reçu le soutien de l’Etat Français pour un montant de 190 millions d’euros, dans le cadre du Plan de Relance.

En Amérique du Nord, le programme est dense. Le site de Bécancour, au Québec, va par exemple être aménagé en plateforme de gaz bas carbone afin de tirer parti du plus gros électrolyseur du monde.

De gros projets aux USA

On peut rappeler d’abord qu’Air Liquide est impliqué dans six des sept pôles d’hydrogène renouvelable et bas carbone (Clean Hydrogen Hubs) sélectionnés en octobre par le gouvernement des États-Unis. Lequel apporte un soutien financier, dans le cadre des financements prévus par la Loi bipartisane sur les infrastructures (Bipartisan Infrastructure Law).

Le groupe a également un partenariat avec INPEX Corporation, LSB Industries Inc., Vopak Moda Houston LLC pour étudier le développement d’un projet de production et d’export à grande échelle d’ammoniac bas carbone à Houston aux États-Unis, avec un accès direct au golfe du Mexique. Dans le cadre de ce projet, Air Liquide fournirait notamment sa technologie ATR, une des solutions les plus adaptées pour la production à grande échelle d’hydrogène (H2) bas carbone, qui est ensuite combiné avec de l’azote (N2) pour produire de l’ammoniac (NH3) bas carbone. Une fois transporté, l’ammoniac peut être à nouveau converti en hydrogène pour contribuer à la décarbonation de l’industrie et de la mobilité.

Enfin, un protocole d’accord (MoU) a été signé avec Trillium Energy Solutions de façon à développer le marché du ravitaillement en hydrogène des véhicules lourds aux États-Unis, en se concentrant à la fois sur l’approvisionnement en hydrogène et sur l’infrastructure de ravitaillement.

Vous voulez en savoir plus sur Air Liquide et ses projets hydrogène ? Alors nos derniers articles sur le groupe devraient vous intéresser. Vous pouvez accéder à tous nos articles écrits sur air Liquide ici.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

carte interactive monde