Energy Observer 2 : les premiers détails

Dans un entretien à Ouest France, Victorien Erussard, le pilote du projet Energy Observer, annonce qu’il va lancer la construction d’un cargo de 120 m totalement décarboné, destiné au fret transatlantique.

Lancé en 2017, le catamaran à hydrogène EO est devenu bien plus qu’un navire laboratoire. Au cours de son odyssée autour du monde, il a drainé dans son sillage des partenaires et a donné naissance à une filiale qui développe des produits (générateur et range extender). Energy Observer, c’est un budget de 5 millions d’euros annuel et vingt-cinq salariés. La société EODev en compte à elle seule soixante.

L’objectif est aujourd’hui la construction d’Energy Observer 2 : un navire de charge de 120 m de long avec une propulsion à hydrogène liquide. Un bureau d’études travaille déjà sur le dossier depuis quelques mois, révèle Ouest France. « Les études vont se poursuivre en début d’année, confie Victorien Erussard. « On sort du cadre de l’expédition. On est sur la construction d’un navire de charge industriel. L’objectif est de mettre le bateau à l’eau en 2025. Il s’agira d’un cargo polyvalent pour du vrac, des containers… », explique-t-il. Ce navire sera en rupture technologique avec l’existant et qui permettra de « répondre aux objectifs 2050 de l’Organisation maritime internationale ».

Le capitaine d’Energy Observer souhaite « réunir un consortium d’industriels français et européens de haut niveau dont certains sont déjà nos partenaires. L’idée, c’est de fédérer et fusionner tous les spécialistes du maritime, du ferroviaire, de l’aéronautique et de l’automobile autour de ce projet. » Pour concrétiser ce projet, une première levée de fonds pourrait intervenir au premier semestre 2022, écrit le quotidien régional.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

Laisser un commentaire

H2Today / Seiya Consulting