Il n’y a pas que Honda… La Toyota Mirai peut aussi faire du café avec son générateur intégré

Il n'y a pas que Honda... La Toyota Mirai peut aussi faire du café avec son générateur intégré
Il n’y a pas que Honda… La Toyota Mirai peut aussi faire du café avec son générateur intégré

Dans une vidéo promotionnelle pour son prochain CRV à hydrogène, le constructeur japonais met en avant la capacité de son SUV à alimenter des équipements électriques comme une cafetière. Pas franchement une nouveauté.

La charge bidirectionnelle est une prestation qui commence à se développer sur les véhicules électriques. On la désigne sous le nom V2L (« vehicle to load »). Concrètement, cela permet de puiser de l’énergie dans la batterie du véhicule afin d’alimenter un appareil électrique. La technologie se décline ensuite en V2H (« vehicle to home ») ou V2B (« vehicle to building »), voire en V2G (« vehicle to grid ») pour redonner du courant au réseau électrique. Pour dire les choses plus simplement, la voiture devient une sorte de générateur de secours.

La Toyota Mirai fournit du jus… à U2

Précisément, c’est ce que font les constructeurs japonais depuis déjà des années. Le drame de Fukushima a marqué les esprits et les constructeurs intègrent donc depuis la possibilité de recharger des équipements, en l’absence d’un réseau électrique. La bonne question, c’est de savoir si c’est nouveau dans la voiture à hydrogène, qui est elle-même une voiture électrique. La réponse est non. La Toyota Mirai le fait depuis le début. On avait écrit dans cet article, en 2019, que plusieurs exemplaires avaient été utilisés pour alimenter un concert de U2 au Japon. On peut lire le détail ici sur le site du groupe.

A priori, Hyundai ne propose pas la fonction pour la Nexo. Mais, le groupe a l’expertise, grâce à sa filiale Mobis, pour l’intégrer sur une prochaine version de ce modèle, ou sur un autre véhicule à hydrogène. Chez BMW, la recharge bidirectionnelle n’est pas encore proposée.

Mercedes y pensait dès 2005

Pour enfoncer le clou, Mercedes a été le premier à avoir eu l’idée. Sur le concept-car F600 Hygenius, qui avait été présenté en 2005 lors du salon de Tokyo, la firme à l’étoile mettait en avant les « extraordinaires réserves énergétiques » de la technologie hydrogène. « Les porte-gobelets faisant appel à la pile à combustible pour conserver les boissons au frais ou au chaud ne constituent qu’un exemple parmi de nombreux autres. L’énergie de la pile à combustible permet également d’utiliser partout des appareils électriques faisant appel à un voltage standard – après transformation – permettant ainsi aux occupants du véhicule d’être indépendants du réseau électrique domestique lors des balades en famille ou des déplacements professionnels. Il leur suffit en effet de relier l’appareil électrique à la prise équipant le hayon », détaillait le communiqué de presse.

Vous voulez en savoir plus sur Toyota et Honda ? Alors nos derniers articles sur ces deux groupes devraient vous intéresser. Vous pouvez accéder à tous nos articles écrits sur Toyota ici et sur Honda .

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles