Ineos veut inciter Mercedes à explorer l’hydrogène en Formule 1

Mercedes hydrogène formule 1

Le groupe spécialisé dans les énergies, partenaire de l’écurie de formule 1 de Mercedes, aimerait inciter le constructeur allemand à développer les technologies à hydrogène pour la catégorie-reine du sport auto. « Chez Ineos, nous sommes probablement le plus gros producteur d’hydrogène en Europe et nous sommes un leader en technologies d’avenir pour la production d’hydrogène à partir d’eau, avec un processus d’électrolyse », indique Jim Ratcliffe, le patron de la compagnie anglaise.

« Je ne sais pas à quel point ce sera pertinent en F1 à long terme », relativise-t-il.

Le fait est que la firme à l’étoile a déjà annoncé son intention de lancer des camions à hydrogène avec Volvo.  Toutefois, le PDG du groupe Daimler, Ola Källenius, penche plutôt pour une autre voie en F1. Il privilégie plutôt les carburants de synthèse, qui alimenteront les véhicules thermiques pendant encore de nombreuses décennies. « La Formule 1 jouera un rôle pour expérimenter les carburants pauvres en carbone », note le patron de Mercedes.

Toutefois, il faut rappeler que la firme à l’étoile est en Formule E. Si ce n’est pas en F1, peut-être que Mercedes sera tenté un jour par d’autres formes de compétition pour courir avec un véhicule à hydrogène.

Vous voulez en savoir plus sur Mercedes et l’hydrogène en formule 1 ? Alors nos 2 derniers articles sur le groupe devraient vous intéresser. Vous pouvez les lire ici et .

PS: Vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Vous pouvez vous inscrire à nos newsletters.
1) « Vos actualités hydrogène en direct » (pour recevoir tous nos articles dès leur publication).
2) « Votre newsletter hebdo » (envoyée tous les lundi en fin de matinée). 

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Seiya recrute