La Toyota Mirai s’invite au GP de F1 de Monaco

Mirai monaco

Si la Formule 1 a pris aussi le chemin de l’électrification, même si elle n’en est qu’au stade de l’hybride pour le moment, c’est une voiture zéro émission qui a ouvert le bal hier, en ouverture du Grand Prix de Monaco. Le Prince Albert II de Monaco et son épouse la Princesse Charlène ont effectué le tour d’Honneur au volant de la Mirai, le premier véhicule de série de Toyota avec une pile à combustible. Ce modèle est déjà proposé dans quelques pays d’Europe.

Le souverain monégasque, dont on connaît le penchant pour l’environnement et les véhicules électriques, a donc choisi la Mirai. C’est un symbole puissant, quand on sait que ce mot veut dire « Futur » en Japonais, et que l’ambition de Toyota est de tendre vers la mobilité zéro émission avec un objectif affiché de réduire de 90 % le niveau moyen de CO2 de ses véhicules d’ici 2050 (par rapport à 2010).

 

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting