Le fondateur de Nikola condamné à 4 ans de prison

Nikola en Californie

Le fondateur et ancien patron de Nikola, une start-up fabriquant des camions électriques et à hydrogène, a été condamné à quatre ans de prison pour avoir trompé des investisseurs sur la situation de son entreprise.

Trevor Milton, 41 ans, a été reconnu coupable en octobre 2022 par le jury d’un tribunal fédéral de Manhattan, à l’issue d’un procès d’un mois, de trois des quatre chefs d’accusation retenus contre lui. Outre la peine de prison, il devra subir trois ans de liberté surveillée, restituer une propriété dans l’Utah et verser un million de dollars d’amende, selon le communiqué. Il était accusé d’avoir embelli les avancées et les capacités de son entreprise auprès des investisseurs afin de faire monter l’action.

Des accusations de fraude

Le procureur reprochait notamment au quadragénaire d’avoir, entre novembre 2019 et septembre 2020, exagéré les commandes passées, la capacité de l’entreprise à produire de l’hydrogène et même d’avoir menti sur des prototypes. Selon l’accusation, il a également profité du fait que Nikola soit entré en Bourse en fusionnant avec une entreprise déjà cotée, aux contraintes moins strictes en termes de diffusion d’informations au grand public qu’un processus traditionnel.

En septembre 2020, un partenariat prometteur avec General Motors avait semblé apporter une légitimité à la société fondée en 2015 à Phoenix (Arizona). Mais l’entreprise avait été, quelques jours plus tard, emportée dans un tourbillon après un rapport de la société d’investissement Hindenburg Research affirmant que Nikola était une « fraude complexe fondée sur des dizaines de mensonges » racontés au fil des ans par son fondateur.

Près de 300 commandes pour des camions à hydrogène

Pour autant, l’entreprise continue. Après une réorganisation (l’ancien patron d’Opel, Michael Lohscheller, a été remplacé au poste de CEO par Steve Girsky), elle a renoncé à ses ambitions en Europe et a cédé ses parts à Iveco dans la coentreprise qu’ils avaient en commun. Elle se recentre sur les Etats-Unis, avec des camions et une offre sur la production d’hydrogène et l’infrastructure, via la marque Hyla.

Nikola annonce avoir 277 commandes de camions à hydrogène. Le lancement commercial de cette version a eu lieu en septembre dernier. Lors de la présentation de ses résultats du troisième trimestre, l’entreprise a fait part d’une demande solide, en raison des incitations, en particulier en Californie.

D’autre part, le directoire s’est renforcé cette année avec l’arrivée de plusieurs pointures du monde des affaires et de l’énergie.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Osez l'hydrogène