A l’occasion des journées de l’hydrogène dans les territoires, qui se déroulent sur son territoire à Nantes, la SEMITAN (société d’économie mixte qui opère le réseau de transports en commun pour Nantes Métropole) a présenté en avant-première le Navibus H2.

Il s’agit d’une navette fluviale, qui tire son énergie de deux piles à combustible (2 x 5 kW) fournies par Symbio et qui sont alimentées par deux réservoirs de 205 litres stockant de l’hydrogène sous forme gazeuse à 350 bars. Les piles convertissent cet hydrogène en courant électrique qui vient ensuite faire tourner les moteurs électriques du navire. Des batteries sont aussi intégrées pour faire face aux appels de puissance.

Issue d’un projet  démarré dès 2012 (projet NavHybus), cette navette fluviale a fait l’objet d’une coopération en amont avec les pompiers. La question de la sécurité a été fondamentale dans le cadre de ce projet, tout comme celle de la formation.

D’une longueur de 10,40 m, pour une largeur de 3,80 m et un tirant d’eau de 0,53 m, le Navibus H2 pourra transporter 25 personnes et 10 vélos. Il sera mis en exploitation sur l’Erdre, sur une période de 18 à 24 mois. Une station de remplissage sera mise en place à Port-Boyer.

Au préalable, le navire devra toutefois être certifié.

La SEMITAN est convaincue par l’hydrogène. Ce Navibus H2 n’est d’ailleurs pas le seul projet porté par l’opérateur de transport. Celui-ci est engagé dans le projet MuLtHY, qui consiste à mutualiser la distribution d’hydrogène à Nantes pour des flottes captives, avec un électrolyseur d’Areva H2GEN.

Voir les photos du Navibus H2.