Avant son départ, prévu pour fin mars, le PDG d’Audi Bram Schot s’est confié au le journal néerlandais De Telegraaf. C’est l’occasion pour lui d’évoquer l’électrification de la gamme. « La technologie de l’hydrogène ne sera mature qu’en 2028 et nous devons investir dès maintenant dans la technologie qui nous permettra de répondre aux exigences en matière d’émissions d’ici 2020/2021 », explique-il. C’est la raison pour laquelle la marque aux anneaux se concentrera d’abord sur les voitures électriques et les hybrides rechargeables (avec une autonomie en mode électrique qui pourra atteindre 150 kilomètres).

Et il se montre pessimiste sur les véhicules thermiques. « Une voiture électrique est maintenant plus chère, mais les prix des voitures à essence et diesel augmentent également, poursuit Bram Schot. « Dans environ quatre ans, on parlera d’une augmentation de 3000 à 5000 euros ».

Audi estime que la gamme devra être électrifiée en 2030, afin de répondre aux objectifs fixés par Bruxelles en matière de CO2. L’électrique à batterie aidera à passer le cap, mais la filiale de VW compte aussi sur la pile à combustible pour réussir la transition énergétique.