Nikola continuera bien à faire des camions à hydrogène

L’annonce par la compagnie américaine Nikola qu’elle détenait le « Graal » des batteries a de quoi rebattre les cartes en matière d’électrification des camions. La firme de Phoenix (Arizona) affirme avoir atteint une densité énergétique de 1 100 Wh par kg, de quoi procurer une autonomie doublée (plus de 700 km). Sa batterie supporte plus de 2 000 cycles de recharge. De plus, elle serait plus respectueuse de l’environnement et plus facile à recycler.

Nikola a trouvé ce produit miracle auprès d’une société d’ingénierie qu’elle a d’ailleurs l’intention d’acquérir. Plus de détails seront communiqués l’an prochain.

En apparence, cela pourrait menacer les développements dans l’hydrogène. Un domaine où la compagnie a pourtant lourdement investi. Hydrogen Today a posé la question à la chargée des relations publiques. Colleen Robar nous a répondu que Nikola proposerait bien deux types d’énergie pour ses camions : l’électrique à batterie et la pile à combustible. Nikola est en mesure d’augmenter l’autonomie, mais le temps de recharge n’est pas évoqué. Or, le grand avantage de l’hydrogène vient justement de la rapidité pour refaire un plein. Le fait est que la firme a bien prévu deux offres différentes, chacune étant adaptée à des cas d’usage.

Le patron, Trevor Milton, est en tout cas confiant sur l’avenir de sa société. Les discussions avec les clients laissent entrevoir une production déjà planifiée sur dix ans.

 

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting