Hy24 pointe le retard de l’Europe dans l’hydrogène

Retard Europe hydrogène

Dans un entretien à l’AFP, le co-fondateur de Hy24 Partners, Pierre-Etienne Franc, estime que le retard pris dans l’hydrogène est un « péril » pour l’agenda climatique en Europe.

Rappelons déjà que le fonds d’investissement Hy24 est l’un des plus importants du monde dans l’hydrogène bas carbone (voir noter dernier article). Il gère deux milliards d’euros. Et dans cette interview, « PEF » met en garde l’Europe. « Alors que le nombre de projets liés à l’hydrogène s’envole en Chine, la dynamique est ralentie en Europe où il faut lever au plus vite les incertitudes réglementaires pour ne pas louper la transition énergétique et pour freiner le réchauffement des températures lié à l’activité humaine, en particulier à l’industrie lourde », estime-t-il. M. Franc.

Il souligne le fait que la dynamique est planétaire. « Selon le Conseil mondial de l’hydrogène, dans son dernier rapport de 2023, la dynamique a presque doublé en un an avec plus de 1 000 projets annoncés, soit 320 milliards de dollars d’investissements au niveau mondial ».

Incertitude réglementaire en Europe

A propos de l’Europe, il dit ceci : « La Commission a prévu que l’Europe produise 10 millions de tonnes d’hydrogène décarboné et en importe 10 millions de tonnes d’ici 2030. Encore faut-il que les infrastructures d’importation d’hydrogène ou d’ammoniac existent. A date, nous prenons du retard. Les débats sur la réglementation sur les énergies renouvelables (RED) ont ralenti sa finalisation à Bruxelles. L’incertitude réglementaire gêne fortement la prise de décision d’investissement. Pendant ce temps, la Chine avance. Elle a 150 fournisseurs d’électrolyseurs déclarés, plus de la moitié des capacités de fabrication et produit actuellement près de 50% de l’hydrogène par électrolyse », indique-t-il.

Et chez nous ? « La France a été très vite pour soutenir les équipementiers, ceux qui vont produire des réservoirs, des piles, des électrolyseurs, comme Genvia, Alstom, Forvia, Symbio, McPhy ou John Cockerill. L’enjeu désormais, c’est de déployer en aval les infrastructures d’usage et de transport », déclare Pierre-Etienne Franc.

Hy24 a pour sa part investi dans quatre sociétés, deux développeurs de projets, Hy2Gen, Everfuel au Danemark, ainsi que dans la branche renouvelable et hydrogène d’Enagas en Espagne, et dans le réseau européen de stations hydrogène le plus développé en Europe, H2 Mobility Deutschland.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

carte interactive monde