Une société commune entre Air Liquide et Siemens

Partenaires depuis 2021, les deux groupes ont décidé de monter une coentreprise pour accélérer le déploiement des électrolyseurs en Europe

Air Liquide et Siemens Energy détiendront respectivement 25,1 % et 74,9 % de la coentreprise, dont la création reste soumise à l’approbation des autorités compétentes. Le siège de cette coentreprise se trouvera à Berlin. Son usine de production de modules d’électrolyse (stacks) sera également implantée dans la capitale allemande.

Le démarrage de la production est prévu au second semestre 2023, avec une montée en puissance qui permettra d’atteindre une capacité annuelle de trois gigawatts d’ici 2025. Ces électrolyseurs à technologie PEM (membrane échangeuse de protons) présenteront un niveau d’efficience élevé. Ils seront par ailleurs particulièrement adaptés à l’intermittence des énergies renouvelables. Dans le cadre de ce partenariat, Air Liquide et Siemens Energy vont aussi travailler ensemble sur la prochaine génération de technologies d’électrolyseurs.

En attendant, la coentreprise pourra s’appuyer sur les projets hydrogène déjà en cours. L’un des premiers est celui de l’électrolyseur Air Liquide Normand’Hy, qui aura une capacité de 200 mégawatts dans une première phase. L’assemblage des électrolyseurs destinés à ce projet est prévu en France.

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaire

H2Today / Seiya Consulting