Volvo Group soutient la recherche sur le moteur à hydrogène

Volvo moteur hydrogène
Volvo Group soutient la recherche sur le moteur à hydrogène

La branche camions du groupe explore également la piste du moteur H2, en plus de la pile à combustible. Elle va financer deux thèses de doctorat en Suède sur ce thème.

Volvo n’écarte aucune piste. L’industriel s’investit dans l’électrique à batterie, les carburants renouvelables et l’hydrogène. Et dans ce dernier domaine, la pile n’est pas la seule technologie. La branche camions estime – à l’inverse de la branche automobile qui a clairement fait le choix du tout-électrique – qu’il faut continuer la recherche dans le domaine du moteur à combustion. Une solution qu’elle estime encore adaptée pour les bus, les camions, les engins de construction, la marine et les applications industrielles.

« Nous sommes convaincus qu’il faudra à l’avenir une grande variété de modes de propulsion », tranche Lars Stenqvist, le responsable technique de Volvo Group. C’est la raison pour laquelle le constructeur ouvre une école qui porte le nom de VICE (Volvo Internal Combustion Engine), de façon à assurer le maintien des compétences. Volvo va choisir deux étudiants en doctorat, qui seront soutenus pour leur thèse. L’un d’eux sera à l’Université de Chalmers, qui dispose d’un département dédié à l’hydrogène, TechForH2. Le second sera à l’Université de Lund.

Pendant leurs travaux, ces étudiants seront employés par Volvo Group, qui pourra financer également les expérimentations.

Vous voulez en savoir plus sur Volvo et le moteur à hydrogène ? Alors nos derniers articles sur ces sujets devraient vous intéresser. Vous pouvez accéder à tous nos articles écrits sur Volvo ici. Vous pouvez également lire notre dernier article sur le moteur à hydrogène ici.

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Seiya recrute