24h du Mans : le moteur à hydrogène aura aussi sa place

24h du Mans moteur hydrogène

24h du Mans : le moteur à hydrogène aura aussi sa place

A quelques jours des 24 Heures du Mans, dont l’édition 2023 sera celle du centenaire, l’Automobile Club de l’Ouest et la FIA abordent la question de l’hydrogène. « Différentes technologies » seront « bienvenues » dans le cadre de la catégorie dédiée aux prototypes Hydrogène, aux 24 Heures du Mans à horizon 2025-2026.

En compétition, le moteur à hydrogène gagne du terrain. Il est donc accepté officiellement dans le cadre des 24 h du Mans.

En 2022, le président de l’ACO, Pierre Fillon, avait laissé entendre cette possibilité, lors du symposium sur l’hydrogène qu’organise la métropole du Mans (et qui aura lieu cette année les 26 et 27 septembre). Dans un communiqué, il indique que « depuis 2018, l’écosystème Hydrogène a énormément évolué ».

Une ouverture sur le moteur

Et Pierre Fillon de poursuivre : « La pile à combustible a été retenue initialement pour son potentiel, et est toujours d’actualité. Aujourd’hui, le moteur hydrogène se présente aussi comme une possibilité pour les constructeurs. Le règlement des 24 Heures du Mans a toujours prôné la liberté et la variété. A ce titre, nous annonçons donc officiellement que les deux technologies, pile à combustible et moteur à combustion hydrogène, seront acceptées et autorisées pour les constructeurs souhaitant s’engager aux 24 Heures du Mans en catégorie Hydrogène », souligne-t-il.

Du côté de la FIA, Richard Mille, Président de la commission Endurance, soutient ce choix. « Compte tenu des caractéristiques de l’Endurance, l’hydrogène est l’une des solutions les plus appropriées, c’est pourquoi la FIA soutient pleinement le programme MissionH24 de l’ACO. Nous travaillons ensemble, en partageant notre savoir-faire et notre expertise, afin d’introduire ce type de technologie en Endurance ».

Un duel entre la pile et le moteur à hydrogène ?

Depuis 5 ans, dans le cadre du projet MissionH24, mené par l’ACO et GreenGT (avec le concours de partenaires*), l’organisateur des 24 H a déjà beaucoup fait (homologation de la voiture, création d’une structure de ravitaillement mobile, engagement dans des courses du prototype électrique hydrogène en Michelin Le Mans Cup….). Et les avancées se poursuivent.

Toutefois, le moteur à combustion alimenté à l’hydrogène devient une option insistante en compétition. On sait que des constructeurs travaillent sur le sujet, dont Alpine (lire nos articles dont celui-ci et celui-là).C’est aussi le cas de Toyota, qui travaille à la fois sur la pile et le moteur. Lors des 24 h, plusieurs véhicules à moteur à hydrogène seront présentés. Il y aura par exemple celui de Ligier avec Bosch. D’autres surprises ne sont pas à exclure.

*TotalEnergies, Michelin, Symbio, Plastic Omnium, Richard Mille, Dietsmann et Essilor

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

carte interactive monde