Hydrogène vert : Engie recule de 5 ans ses objectifs

Hydrogène vert : Engie recule de 5 ans ses objectifs
Hydrogène vert : Engie recule de 5 ans ses objectifs

À l’occasion d’une intervention à la Energy Week de Londres, la directrice générale Catherine MacGregor a annoncé qu’elle repoussait à 2035 l’objectif de 4 GW, devant la faible demande pour les projets de production d‘hydrogène à partir d’énergies renouvelables.

Lors de la conférence à Londres, organisée par Energy Institute, Mme MacGregor a estimé que la transition énergétique mondiale « avance » et s’est félicitée de « 510 gigawatts supplémentaires de capacités d’énergies renouvelables dans le monde, c’est 50% de plus sur un an ». Pour autant, les choses vont moins vite que prévu dans l’hydrogène.

« On a maintenu notre objectif de 4 gigawatts de production d’hydrogène décarbonée mais on l’avait à l’horizon 2030, on l’a poussé à 2035″ dans un contexte de demande faible pour ces projets aux coûts élevés », a expliqué la dirigeante à l’AFP, ajoutant que « ça va prendre un peu plus de temps ».

Chez Engie, on estime que ce marché met plus de temps à murir qu’initialement espéré et qu’il est encore difficile de trouver des clients pour acheter de l’hydrogène « vert », produit à partir d’énergies renouvelables, mais encore très cher à générer.

Le groupe est impliqué dans plusieurs projets, notamment celui avec TotalEnergies dans le cadre de Masshylia.

Vous voulez en savoir plus sur les objectifs d’Engie en matière d’hydrogène ? Alors nos derniers articles sur le groupe devraient vous intéresser. Vous pouvez accéder à tous nos articles écrits sur Engie ici.

Vous utilisez LinkedIn et vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Alors notre newsletter LinkedIn hebdomadaire devrait vous intéresser. Vous pouvez vous y abonner ici

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

2