Retour sur la table ronde sur « Les vallées de l’hydrogène » au Mans

Vallées de l'hydrogène au Mans

Les vallées de l’hydrogène sont au coeur de l’actualité hydrogène et c’est ce dont nous ont parlé les invités de cette table ronde hier au Mans.

Les vallées de l’hydrogène et l’Europe

En guise d’introduction, Zoé Buyle-Bodin (Hydrogen Valleys S3P) nous rappelle la place des vallées hydrogène en Europe. On en compte actuellement 60, le but étant d’en faire émerger 100 d’ici à 2025. De plus, dans le cadre de REPowerEU, la Commission Européenne a prévu d’accélérer sur les vallées de l’hydrogène avec une enveloppe supplémentaire de 200 millions d’euros (lire notre article). Finalement, en décembre de cette année, une feuille de route européenne dédiée aux vallées de l’hydrogène sera publiée.

Vallées de l'hydrogène en Europe
Vallées de l’hydrogène en Europe

Philippe Boucly (président de France Hydrogène) a ensuite insisté sur la nécessité de mobiliser toutes les énergies (dont le CCUS par exemple). Par ailleurs, il rappelle que dans le cadre de REPowerEU, il est prévu de produire 10 millions de tonnes d’hydrogène sur le sol européen et d’en importer les mêmes quantités. Avec cet objectif en ligne de mire, il déplore un certain « dogmatisme » de certains milieux bruxellois qui daignent reconnaître l’électricité nucléaire comme une solution pour produire de l’hydrogène. Un autres frein à lever seraient de revoir l’interdiction du 1er janvier 2041, qui prévoit l’interdiction de valoriser le CO2 fatal en sortie d’usines.

Mathieu Gardies enchaîne sur les futurs projets d’extension de Hype. Les prochaines régions concernées seront : Le Mans, Bordeaux, Bruxelles, Madrid, Barcelone, Porto et Lisbonne). Il souligne l’importance de la « dimension écosystémique » que promeut Hype et qui permet d’offrir des solutions de bout en bout. Pour lui, la mobilité légère va permettre de sécuriser la mobilité lourde.

Focus sur les Pays de la Loire

Roland Marion, Vice-Président de la Région Pays de la Loire, revient sur les 4 axes de la feuille de route de la région pour 2030 et souligne qu’un effort est à fournir sur la distribution. À l’heure actuelle seules 5 stations hydrogène sont implantées dans la région (dont 3 en Vendée).
Il revient aussi sur le projet ZIBaC (Zone Industrielle Bas Carbone). Pour en savoir plus sur le sujet, voici notre article.

Carte de l'écosystème hydrogène du Mans
Carte de l’écosystème hydrogène du Mans

Ghislain ROBERT (Directeur commercial chez Lhyfe), aborde ensuite le rôle de Lhyfe dans cet écosystème. Entreprise de 20 personnes il y a 2 ans et demi, elle compte aujourd’hui plus de 200 collaborateurs à travers 6 pays. Le site de Bouin (2,5 MW) peut produire jusqu’à une tonne d’H2 par jour. Actuellement, 2 nouveaux sites de production de 5 MW sont également en construction (un dans le Morbihan et l’autre à côté de Toulouse). La La vision de Lhyfe est semi-centralisée. Elle consiste donc à densifier la production territoriale pour une utilisation locale.
Ghislain ROBERT revient aussi sur les projets du groupe de produire de l’hydrogène en haute mer à travers le projet Sealhyfe (lire notre article). Mais aussi le projet Hope (lire notre article) qui consiste à produire de l’hydrogène en mer avec un électrolyseur de 10 MW en Belgique.

Le Mans et les vallées de l’hydrogène

Stéphane Le Foll, le maire du Mans, revient sur la genèse de l’arrivée de l’hydrogène dans sa ville. Tout a commencé par une première station et un bus, confie-t-il. La ville et l’ACO ont très vite vu la nécessité d’avoir un producteur d’hydrogène vert dans la région. C’est là que Lhyfe est entré en jeu. Pour 2025, la métropole prévoit l’arrivée de 25 grands bus articulés à hydrogène. Et c’est à la grande station de distribution proche de l’aéroport de Hype qu’ils vont s’avitailler. Le maire souhaiterait d’ailleurs qu’une synergie s’opère entre automobile et aviation et que 2026 soit non seulement l’année de la première compétition avec une catégorie hydrogène mais aussi l’année du premier vol du Dragonfly au Mans (lire notre article).

Pierre Fillon (président de l’ACO) ajoute qu’il voulait dès le début inclure tous les acteurs locaux (Lhyfe, le Sydev, l’ACO…). Pour lui, les vallées de l’hydrogène sont la seule solution pour avancer plus vite que si le gouvernement ou l’Europe sont dans la boucle. Il souligne qui si la course automobile est avant tout un spectacle, on a tout à y gagner à ce qu’elle fasse avancer la mobilité hydrogène. Il a également fait un point sur le Centenaire des 24H du Mans et notamment son village hydrogène (lire notre article).

Vous voulez en savoir plus sur les vallées de l’hydrogène et la ville du Mans ? Alors nos 2 derniers articles sur ces sujets devraient vous intéresser. Vous pouvez lire notre dernier article sur les vallées de l’hydrogène ici et sur la ville du Mans .

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Logan King

Logan King

Après un parcours atypique (3 ans au sein de l’armée de terre puis 3 ans de licence en Langues Étrangères Appliquées) c’est finalement ma passion pour les enjeux environnementaux qui me rattrape et me pousse à rejoindre Seiya Consulting et H2 Today en juin 2022. Tout d'abord dans le cadre de mon stage de fin d’étude, puis en tant que Responsable Marketing & Communication et traducteur chez Hydrogen Today.

Nos derniers articles

carte interactive monde